chairman and council of the camp for refugees from Central Africa in Lolo in Cameroon

© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6220aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9173
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9174
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9176
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9172aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9170aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9169
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9168
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9167
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9166
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9161aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 9160 Refugie du camp de Lolo
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6231
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6221aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6228aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6224
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6219aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6216aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6215aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6214aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6213aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6212 Les refugies du camp de Lolo reunis pour une reunion avec les membres du HCR-aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6235aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6234aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6233aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6222aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6211Le president des refugies Centrafricians Hodi Ali Alidou parle du parcours des refugies
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6209 Entretien avec le representant des refugies du camp de Lolo-aa
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
IMG 6223
add to collection

Cameroun

Terre promise pour des milliers de réfugiés centrafricains

Pendant que la guerre sévit en Centrafrique où anti-balaka et anti-selaka mènent la danse, des milliers de centrafricains bravant la faim et la mort mènent un long parcours truffé d’embûche pour atteindre les pays voisins notamment le Cameroun à la recherche d’un abri ou dans l’espoir de retrouver les membres de famille disparus en cours de route.

Ils sont plus de 22.000 réfugiés sur le site de Gbiti et environ 9011 déplacés dans le camp de Lolo, à vivre dans les tentes de fortune offert par le Haut-Commissariat des Réfugiés. Ces derniers croulant sur l’affluence des réfugiés tentent au quotidien de subvenir au besoin des déplacés à travers le soutien des partenaires sur le terrain et le fruit des donations.« Dans plusieurs secteurs, nous avons des partenaires clés avec qui nous travaillons au quotidien donc les ONG locales et internationales qui nous aident à prendre en charge et à assister les réfugiés. Précisément au niveau des vivres, nous travaillons avec le Programme Alimentaire Mondial. C’est le PAM qui fournit les vivres qu’on distribue aux réfugiés. Au niveau de la santé on travaille avec AHA qui nous aide justement en matière de santé communautaire et santé physique. Au niveau par exemple hygiène et assainissement, on travaille avec IRD qui veille à l’eau, l’hygiène et assainissement. Quant à la croix rouge internationale il nous aide au niveau de la recherche familiale » affirme Syldie Bizimana, team leader du camp de Lolo.

Une vraie aubaine pour ces réfugiés qui arrivent au camp totalement démuni.« Le HCR et ses partenaires se sont mobilisés pour nous accueillir. Sans oublier la population locale qui nous a accueilli et ont mis du leur pour que la cohabitation se passe bien »confit Hodi Ali Alidou, président des réfugiés centrafricains au Camp de Lolo.

Ayant tout abandonné pour sauver leurs vies, ces derniers pour la plupart des bergers arrivent au Cameroun démunis et privés d’un ou de plusieurs membres de leurs familles.« Certains membres de ma famille ont été séparé et nous ne connaissons véritablement pas où ils se trouvent. Et quant à certains parents comme mes frères et sœurs, ils ont été soit battu ou tué, en cours de route » confit Aichatou,la doyenne du site de Gbiti.

Des séparations difficiles pour tous ceux qui réussissent à arriver au site de Gbiti ou au camp de Lolo épuisé et parfois malade après avoir parcouru plus de 30 Km à pied alliant marche et course. La peur au ventre, ces derniers pourchassés se réfugient parfois dans l’inconnu d’une brousse pour échapper à leurs poursuivants. Certains ont dû faire face à des choix difficile pour sauver leur vie ou un proche.« C’est le cas d’une dame qui se déplaçait avec son bébé et sa maman. Ayant parcouru plusieurs kilomètre, la fatigue a commencé à se faire ressentir notamment chez la mère de la dame. Cette dernière ne pouvant plus avancée a demandé à sa fille de partir qu’elle ne pourra poursuivre le chemin. La dame a trouvé mieux de laisser son enfant pour pouvoir prendre sa mère sur son dos. Cela révèle le calvaire et la tristesse que nous avons vécus. C’est alarmant et il y a beaucoup de réfugiés qui ont eu à faire des choix pour sauver soit leur vie, soit celle de leurs familles. Et c’est difficile de l’effacer de nos mémoires au regard des atrocités que certaines personnes ont vécu »souligne Hodi Ali Alidou, président des réfugiés centrafricains au Camp de Lolo.

Dans le camp, c’est l’accalmie totale mais à la tombée de la nuit, le vieux démon de la peur s’installe et s’est recroquevillé sur eux-mêmes dans leurs tentes que les réfugiés entendent parfois résonner des coups de feu à la frontière de Gbiti. La peur ou la trouvaille d’une liberté au Cameroun amène bon nombre de réfugiés a quitté le site ou les camps sans pièce d’identité. Une situation qui n’arrange pas les forces de l’ordre qui n’arrivent pas les identifier des groupes térroristes qui sement la terreur aux frontières et parfois même à l’intérieur du pays. Ainsi le problème de la libre curculation des réfugiés au Cameroun demeure, au regard des tensions qui règnent dans les frontières du pays.

Patricia Nya Njaounga