7000 tons of imported rice are blocked in the port of Douala due to contamination

© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6103 L avocat Herve Laroque defend le rapport presente aupres du ministre de l agriculture et du developpement rural Essimi Menye
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6114
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6113
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6112
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6111
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6110
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6109 Les donnees comparees par les partis presents
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6108 Les rapports des experts et du laboratoire interpelle etudies et discutes
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6107
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6106
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6105 Les avocats de la societe importatrice
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6104 Les collaborateurs comprarent les donnees du rapport
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6085 Le personnel du MINADER
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6102
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6101 Les avocats defendent le rapport presente sur les resultats du laboratoire sur la qualite du riz importe
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6099 Les collaborateurs du MINADER a l ecoute des retombees de la reunion
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6098
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6096 Les collaborateurs du MINADER
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6095
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6094 L avocat de la societe importateur social-So eximex Herve Laroque
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6091
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6090 Reunion de concertation sur la qualite du riz importe par une societe extereiur presidee par le ministre de l agriculture et du developpement rural Essimi Menye
add to collection
© all rights at creator
Nya Njaounga, Patricia
SAM 6084 Salle de conference du ministere de l agriculture et du developpement rural MINADER
add to collection

MINADER

Réunion autour de l’importation de riz avariés au Cameroun

Expertises non satisfaisantes pour le ministre de l’agriculture et du développement rural (MINADER), autour de l’enquête portant sur 7000 tonnes de riz avariés bloqués au port autonome de Douala.

La micro toxine contenue dans du riz sein, contient une aflatoxine B1 et celui du riz avarié étudié n’a aucune aflatoxine. Tels sont les éléments de discordes entre le ministère de l’agriculture et du développement rural, et les avocats de l’entreprise importatrice Soeximex.

Selon le ministre de l’agriculture et du développement rural Essimi Menye, au départ il avait été question d’avoir l’expertise de trois laboratoires mais cela n’a été fait que part un seul laboratoire. Le laboratoire en question n’a pas pu donner ses conclusions. Ces résultats ont été confiés aux experts judiciaires qui ont donné des conclusions qui ne cadrent pas avec les résultats fournis.

Face à cette situation, le ministre au terme de la réunion, a renvoyé les partis présents à saisir au moins deux autres laboratoires pour plus d’informations et à demander au laboratoire qui a présenté ses résultats de fournir ses propres conclusions.

Les 7000 tonnes de riz de marque « Soleil » arrivée au port autonome de Douala en provenance de Singapour le 09 février 2013, ont été bloquées au port par les services phytosanitaires. La cargaison déclarée dans un premier temps toxique et nuisible à la consommation, subira finalement des analyses physico-chimiques pour étudier la qualité du produit.

La dénonciation a été faite par l’Organisation Non Gouvernementale Camerounaise de Protection des droits humains et des citoyens. Cette ONG saisi par une organisation partenaire basée dans le pays d’exportation, a déposé une plainte auprès des autorités judiciaires de la ville de Douala.